Beauté

Egyptian Magic, pas de hic!

Souvenez-vous il y a un an, il y a un siècle, il y a une éternité, naaaanana… j’avais posté sur ce blog un article « beauté » qui devait être le premier d’une catégorie (« beauté »,  donc) et qui est resté tout seul. L’idée était de partager avec les copines mes coups de cœur cosmétiques; mais voilà, je suis dotée d’une peau hyper-réactive qui rougit, s’échauffe et fait une colère rien qu’à l’idée d’une nouvelle crème que je pourrais lui imposer, donc les coups de cœur cosmétiques chez moi sont a peu près aussi fréquents que les passages de la comète de Halley… Ce qui fait que cet article devrait être mon dernier dans cette catégorie jusqu’en 2061, sauf miracle.

Bref, depuis quelques mois dans toutes les rubriques « vanity » des magazines féminins, on lit des trucs dingues au sujet d’une crème (le terme n’est pas exact, je vous explique tout plus bas) dont je vais vous parler aujourd’hui.

Alors au cas où un profane du Elle tombe sur cet article par erreur, c’est quoi donc une rubrique « vanity »? Très simple, gentil lecteur: tu interviewes une star, et au lieu de causer de son prochain film ou de sa dernière fashion week, tu lui demandes quels produits contient sa trousse de toilette. Évidemment, la star n’a pas de crayon pour les yeux qui a perdu son bouchon et met du noir partout dans ses petites affaires. La star n’a pas non plus de mouchoirs car elle ne se mouche pas, et en vrai elle n’utilise jamais de cosmétiques vendus en supermarché au coin de ta rue. Non, la star n’a que des produits de toilette et de maquillage très glam et très chers, genre une crème hydratante (et pas anti-rides car la star n’a pas de rides, qu’est ce que tu crois?) à 300 euros les 30ml, un fond de teint impalpable mais de Giorgio Armani, et un mascara dont le tube ressemble à une œuvre d’art contemporain (tout ça étant parfaitement inutile car la star n’a rien à cacher et te dit bien qu’elle ne se maquille pas, en fait. Elle laisse sa peau se reposer.) Et pour compléter la liste il y a toujours UN produit bizarre, cheap, assez moche ou très vintage (ou les deux) qui ne fait pas rêver mais qui devient d’un coup LE truc qu’il nous faut à toutes. Une crème qu’on ne trouve nulle part ou presque, ou que tout le monde avait oubliée parce que très à la mode dans les années 80 et parfaitement dépassée depuis. Il y a eu le fameux lait-crème concentré d’Embryolisse: ma grand-mère l’utilisait, puis on l’a oublié, puis il est revenu sur le devant de la scène parce que Jane B ne jurait que par lui. Il fallait trouver la bonne pharmacie (celle de la rue du Four était régulièrement en rupture de stock) et parfois on achetait trois tubes pour parer au désastre dans le cas où la marque s’aviserait de cesser la fabrication de cette merveille. Qu’on se rassure, maintenant il est vendu au Monop, et depuis qu’on s’en procure facilement, ma peau a décidé qu’elle ne l’aimait plus, j’ai du y renoncer. En outre, je m’en suis tartiné les joues allègrement pendant dix ans et aujourd’hui, je sais ce qu’est la paraffine liquide. Peut-être que mes joues me remercieront un jour d’avoir dégagé cette chose de ma salle de bains.

Donc, il faut retrouver ce graal: un basique, pas trop joli, pas cher, qui sert à tout ou presque, pour envisager -une seconde- qu’ on pourrait partir en weekend avec UN SEUL produit et que ça irait très bien comme ça. (Là, les lecteurs ne voient pas du tout le challenge. Et les lectrices se disent que je suis vraiment très marrante, comme fille. On se comprend.) Et dans les vanity de la star ces temps-ci, au chapitre « curiosité » il n’y a que lui, le divin baume égyptien ancestral que même Cléopâtre adorait (en même temps, moi non plus je n’ai jamais vu nulle part d’interview-vanity de Cléopâtre), j’ai nommé la crème Egyptian Magic.

Le packaging est kitsch à souhait, pot en plastique blanc et inscriptions rouges et bleues, pour vous donner l’impression que la chose arrive directement d’un petite échoppe authentique et poussiéreuse des souks du Caire. Genre touillée avec amour par un vieux pittoresque au fond d’une ruelle. Que nenni, elle est fabriquée aux États-Unis dans des usines modernes et aseptisées, par des gens qui doivent porter masques, gants et bonnets, ou peut-être des scaphandres, pour que tout ça soit bien bien propre. La composition est minimaliste: on trouve là dedans de la cire d’abeille, de l’huile d’olive, du pollen, du miel, de la gelée royale et de la propolis. Et… « une pincée d’amour divin »! Je ne l’invente pas, c’est écrit tel quel sur le pot, juré. Bon, on voit que les brainstormings au service marketing d’EM sont très très efficaces, parce que même si on n’est pas complètement dupe, on fonce tête baissée. Le bijou se trouve sur quelques sites web de cosméto branchouille/alternative comme birchbox ou ohmycream et il faut se méfier des contrefaçons chinoises qui circulent sur eBay (véridique)

Le jour où j’ai reçu la birchbox contenant le fameux onguent, petite frayeur: ça n’a rien d’une crème, c’est complètement solide dans le pot, comme le monoï qui se fige dans son flacon et qu’il faut passer sous l’eau chaude avant de s’en servir. Là, on prélève un peu de baume avec une petite spatule, on chauffe entre ses paumes et le bazar se transforme en huile (oui oui, en huile) qu’on applique en massant sur le visage. Je jure qu’à ce moment, vous vous imaginez très clairement couverte de boutons le lendemain au réveil tant ce truc est gras. C’est flippant. En plus vous brillez comme une boule à facettes, pour le glamour on repassera. Ça ne sent même pas bon, ça ne sent pas grand chose à vrai dire; j’attendais un petit parfum de miel, mais non, rien! (Si le miroir de ma salle de bains affichait des sous-titres, là on aurait pu lire: « mouais, l’amour divin, ça le fait moyen. »)

C’est pile le moment où se produit le miracle. Le temps du brossage de dents, l’affaire est dans le sac, la peau a littéralement bu toute la crème (enfin l’huile quoi) et le lendemain, tout va bien, tout va mieux, elle est lisse, douce et rebondie à souhait. Alors bien sûr on est loin des promesses des anti-rides au caviar ou à la poudre de diamants vendus à prix d’or par les marques de parfumerie, mais c’est pas le même budget non plus. La magie égyptienne est à portée de main pour 25€ le pot de 60ml, une paille. Le baume est hydratant et nourrissant, visage et corps, jour et nuit, il peut servir à démaquiller les yeux (pas testé), à soigner les lèvres gercées (ça, ça marche) et les cheveux abîmés (non, je n’ai pas essayé par peur de devoir faire quatre shampoings pour m’en débarrasser ensuite) et répare les peaux irritées. Il fait tout en somme, c’est le couteau suisse de la salle de bain. Sur les peaux sèches et sensibles, je dis oui, je sais de quoi je parle: pas l’ombre de la plus petite rougeur, pas le moindre picotement, même plus peur du vent ni du froid. Sur les peaux mixtes ou grasses, j’aurais dit non, mais au vu des articles sur le net il semble que ça ne soit pas du tout incompatible car le baume aurait des propriétés assainissantes.

Cherry on the cake, EM ne contient pas de conservateurs mais on peut le garder jusqu’à 36 mois. Et cherry on the cherry: le pot de 60ml a l’air parti pour durer, avec une application tous les soirs depuis un mois et demi le niveau n’a presque pas bougé. Magic, on vous dit!

Le site de la marque est là: http://www.egyptianmagic.frImage

Publicités

3 réflexions au sujet de « Egyptian Magic, pas de hic! »

  1. j’espère vraiment que ton prochain article ne sera PAS en 2061, parce que je me suis bien marré
    et que peut-être même, je vais essayer ce baume (moi qui ne met jamais rien sur ma peau fraîche comme au premier jour)
    tu es un exccellente ambassadrice et tu devrais demander des royalties

  2. Merci Charlotte, j’adore les bonnes trouvailles de ce genre et je te reçois 5 sur 5 concernant la rubrique vanity de Elle (mdr) et la crème Embryolisse que je mets tout l’hiver ! Je vais tester EM, ne serait-ce que pour me sentir un peu Cara ou Rosie (pour ceux qui se demandent quels sont les noms de famille de ces tops, fallait lire Elle et pissétou !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s