Livres

Les Parisiennes

HTBPcouv

Dernièrement après un déjeuner avec une copine au Wepler, place de Clichy, j’ai fait un tour à la Librairie de Paris qui est juste à côté. Difficile pour moi de passer près d’une bonne librairie sans y entrer, et encore plus d’en sortir sans quelques emplettes. Et j’avoue, j’avais une idée derrière la tête: je me disais que j’y trouverais peut-être « How to be Parisian wherever you are », le best-seller futile et branché de la fin 2014. Il n’est pas édité en français, et ne figure pas au rayon « littérature anglo-saxonne » de mon dealer habituel (l’Atelier). D’abord, parce qu’il n’a pas été écrit pas un auteur étranger (mais par un quatuor de filles chic et parisiennes, donc: Caroline de Maigret, Anne Berest, Sophie Mas et Audrey Diwan; comme qui dirait les filles spirituelles d’Ines de la Fress… et d’Iggy Pop, pour la touche rock); ensuite, parce que ce n’est pas à proprement parler de la littérature, mais plutôt un recueil de « conseils »- pas forcément avisés mais très drôles- sur ce sujet crucial: comment être parisienne, où qu’on soit, et être identifiée comme telle au premier regard.

C’est le genre de bouquin qu’on feuillette plutôt qu’on ne les lit, ça n’a rien d’un roman, on y trouve des listes, des tips, des croquis; le tout est assez cliché mais très amusant. Je ne lis pas assez souvent dans la langue de Shakespeare, et si vous êtes dans le même cas, pas d’inquiétude: il n’y a vraiment rien de compliqué à décoder dans « How to be… »!

Visiblement le livre a été reçu à l’étranger comme un manuel pour tenter de s’approcher de notre supposée perfection : ) Car oui, nous les parisiennes nous sommes des modèles pour tout plein de femmes dans le monde entier. Enfin il paraît (je ris toute seule en écrivant ça) Bon, si une Américaine lisant le français échoue ici, je tiens à la rassurer: non, madame, nous n’avons pas les ongles des pieds parfaitement vernis été comme hiver sous nos chaussettes. Non, nous ne portons pas toutes des soutifs noirs sous nos chemises blanches (d’homme) pour aller travailler, parce que sur Caroline de Maigret, mannequin, muse et directrice artistique, 1m82 et 50kg à vue de nez, c’est peut-être tendance, mais sur la plupart d’entre nous c’est juste vulgaire. Sans compter qu’il y a aussi, parmi les parisiennes, des filles qui font des boulots excluant ce genre de tenues: quand tu es notaire ou vendeuse chez Bonpoint, c’est moyennement compatible. Nous ne déjeunons pas au Flore tous les jours (on va parfois chez Lipp, pour changer de point de vue. Mais nan, je blague!). On ne porte pas de jeans brodés (pire, avec des strass) ni de logos énormes, ni de contrefaçons de sacs de luxe. Bon, là on va être honnête -même si je suis 100% d’accord avec ces principes!- il suffit de regarder autour de soi dans les rues de Paris pour constater que la parisienne du livre est une espèce rare. Il faut croire que le bouquin n’a pas été assez diffusé dans l’Hexagone…

Par contre, c’est vrai, on a abandonné la french manucure il y a déjà des siècles, sauf pour celles qui ne l’ont jamais portée. (Je suis fière de faire partie de cette catégorie) On n’est jamais contre un verre de rouge et une clope. On ne sort sous aucun prétexte -pas même un incendie- en pantalon de jogging; même pour aller faire du sport, ce truc nous pose un problème. Et on porte des T-shirts blancs qu’on paye une blinde, alors que ce ne sont que des T-shirts blancs. En coton. (Mais tellement doux.)

En gros la panoplie qui devrait faire clignoter un néon « Parisienne » au dessus de votre jolie tête, où que vous soyez, c’est un jean, des ballerines, une chemise blanche, une veste noire, un trench et surtout pas de brushing (ou un brushing qui ne se voit pas), car trop coiffée vous passerez pour… une Américaine qui se déguise en Parisienne. Le sweat est recommandé si trop grand et donc découvrant une épaule. Et un accessoire vous est indispensable: de (très) grandes lunettes de soleil, même quand il pleut, même à l’intérieur, même quand il fait nuit. (Porteuses de lentilles rigides, qui ne quittez pas vos Rayban pour protéger vos pauvres yeux sensibles, voici une bonne nouvelle: vous êtes de la hype parisienne sans le faire exprès! La belle vie.)

Il y a quelques gentilles moqueries dans certains paragraphes; je me suis sentie très concernée en lisant ceci: « le sac, ça n’est pas un accessoire, c’est votre maison. » Tellement évident que je ne vois pas trop en quoi c’est un sujet! La question que je me suis posée c’est: et ailleurs qu’à Paris, c’est quoi, un sac??? Non parce que là-dessus il me semble qu’on est toutes pareilles, c’est un truc universel, ces kilos qu’on se promène toute la journée et sans lesquels on se sent toute nue. Je suis sûre que je ne suis pas seule à trouver très élégantes les petites pochettes du soir dans lesquelles entrent péniblement (à condition de les ranger avec une rigueur implacable) une carte de crédit, un rouge à lèvres et une clé. (pas celle de la voiture, elle ne tiendra pas, c’est mort) Donc, au moment de sortir, on se dit qu’on va garder ses cigarettes dans une poche (de trench) mais le téléphone, c’est plus embêtant. Parce qu’on ne le laissera pas au vestiaire dans la poche… Donc, changement de sac, transvasement des affaires dans une belle et grande besace (pré-remplie de baumes à lèvres, briquets, factures de portable froissées, carnets, stylos, échantillons de parfum, écouteurs d’iphone…) et on part en retard et chargée, mais rassurée: on a tout, c’est sûr, alors que dans la mini-pochette il nous aurait forcément manqué un truc.

Pour conclure, « How to be Parisian wherever you are » est un joli divertissement plein de clichés, finalement plus féminins que parisiens, je crois, écrits avec drôlerie, et dans lesquels on se reconnaît forcément, ce qui pourrait être un tantinet vexant… mais ici on vérifie un autre trait de caractère mythique de la parisienne: il se dit que nous avons de l’humour et une bonne dose d’autodérision!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s