Job

Ma vie de photographe

Il y a quelques mois sur Facebook circulait une bonne blague, sous forme d’un graphique « camembert »: comment les gens imaginent qu’on passe notre temps, nous, les photographes indépendants. En fait, il y avait deux camemberts: le rêve d’un côté, la réalité de l’autre:

camembert-photographer

Voilà, un mythe s’effondre: la légende voulait qu’on passe la quasi totalité de notre temps à shooter (en s’exclamant « oui bébé c’est génial tu es magnifique! love it! Great! » sans quoi le rêve n’opère pas vraiment) et le reste à siffler des coupettes  dans des avions, nous déplaçant en classe affaires pour aller faire la fête avec des stars du rock dans des îles paradisiaques.

Bon, finalement, on est le plus souvent devant nos Mac, à faire des devis dont les trois quarts resteront sans réponse; je ne parle pas d’un refus, hein: je dis que la plupart des gens qui nous demandent un tarif ne prennent pas la peine de nous tenir au courant de leur décision ensuite, ce qui fait que tu as envie de claquer un bisou au type qui t’appelle juste pour te dire que tu es trop cher et qu’il a choisi quelqu’un d’autre. (je suis d’accord, ce métier rend bizarre, et ça n’a rien à voir avec toute la drogue qu’on prend probablement dans le camembert 1). Souvent aussi, on fait des relances pour se rappeler au bon souvenir des clients qui se sont endormis sur nos factures, on deale avec Google pour tenter d’être enfin correctement référencé sans que ça nous coûte un lingot par jour -hey, les gens de Google, coucou!- on met à jour la suite Adobe et on enquille les tutos pour apprendre comment utiliser les nouveautés de Photoshop/Bridge/Lightroom/Premiere Pro/Media Encoder et tous leurs amis, et surtout, on trie et on retouche nos images.

Oui mais voilà, pendant les -statistiquement- 12,2% de notre activité consacrés à la prise de vue, on se régale. Et dans un job, avoir 12% de moment géniaux, c’est énorme, non? Je suis sûre que plein de gens n’ont pas cette chance. Alors oui, j’adore mon job. Je fais un métier où le revenu moyen est dérisoire, où on frôle la déprime chaque fois qu’il se passe trois jours sans mail ni coup de fil, où il est très possible d’avoir trois demandes pour le même jour (ce qui signifie, la plupart du temps, refuser deux jobs, puisque -là je vous parle de mes statistiques perso- c’est le même jour mais aussi aux mêmes heures qu’on vous propose des trucs super intéressants) puis plus rien pendant deux semaines, où on exploite régulièrement votre boulot sans rien vous demander (et bien sûr sans vous payer) jusqu’à ce que vous mettiez les pieds dans le plat pour faire valoir vos droits (c’est le moment où on vous explique que vous n’êtes qu’un vil chacal sans foi ni loi qui ne comprend pas les problèmes de budget, au hasard, de la presse écrite), où parfois on vous dit « ah ouais photographe ça doit être cool! Mais t’as un métier à côté? », où la plupart des offres d’emploi sélectionnées spécialement pour moi par des sites web sont des offres de stages (c’est tout pareil qu’un vrai travail. Nananan personne ne t’expliquera rien, tu bosseras, comme tout le monde. Sauf que toi, tu seras pas payé.) ou bien des super promotions des vendeurs de matériel photo (15€ de réduc sur un appareil à 3000€!? ne quittez pas, je sors faire une course et je  reviens finir ce billet)

Voilà comment ça marche en vrai. Voilà ce que je devrais répondre aux jeunes qui veulent devenir photographes et m’envoient des demandes de stage. Mais j’ai plutôt envie de leur dire que c’est un métier fantastique et que je ne regrette pas une seconde de l’avoir choisi.

Et ça, ça vaut bien 87,8% d’un camembert.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Ma vie de photographe »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s