Humeur

Mon été à Paimpol (bonheur inside)

Je vous ai abandonnés dans les premiers jours de juillet, la voiture pleine à craquer, cap à l’ouest. Presque deux mois sans Paris, sans métro, sans blog… mais je suis sûre que vous ne m’en voudrez pas de vous avoir un peu délaissés car j’ai une excuse en or: j’ai passé un été parfait. Imparable, non?

Ca a commencé tranquillement en juillet, entre retrouvailles avec les copains, plage, baignades, sorties en bateau et jolies balades, cafés à l’Epoque, soirées à La Cabane… Le temps de reprendre le rythme paimpolais: tellement plus zen… En août, petite accélération à l’approche de mes quarante ans (ouille) Débarquement des copains, organisation de la fête, comptage et recomptage des lits, draps, serviettes de bain, stocks de champagne, lampions et playlist… Et maintenant je peux vous le dire: bien fêtée, la quarantaine n’est pas si douloureuse (même pas le lendemain, à deux de tension certes) Les festivités étaient lancées: ça a commencé le 12 avec une fête à tout casser où amis parisiens et paimpolais se sont retrouvés, mélangés, ont dansé et bu de concert pour me soutenir (et on peut dire qu’ils y ont mis du coeur) Un grand merci à l’amoureux et à tous les copains qui m’ont offert, en plus de tous leurs jolis cadeaux, une soirée merveilleuse, et aussi à ceux qui n’ont pas pu être là mais dont les messages, appels, bouquets et gentilles attention m’ont comblée encore un peu plus!

Il nous restait une journée off pour se remettre de ces agapes avant la suite des évènements: car cette année, hasard et joie du calendrier, mon anniversaire a duré presque une semaine…(on n’a pas tous les jours quarante ans, non plus!)

C’est vrai que la météo nous a fait des frayeurs, mais croyez le ou pas, on s’en moque éperdument quand on est à Paimpol avec son amoureux, qu’on reçoit les meilleurs des amis, qu’on franchit une dizaine, et que… c’est une année impaire, oui, l’année du festival du chant de marin et des musiques des mers du monde. Alors là, j’en vois certains qui s’imaginent que le festival du chant de marin c’est trois papis coiffés de chapeaux ronds ou de casquettes de vieux loups de mer qui jouent du biniou sur une barcasse dans le port de Paimpol. Que nenni!

L’édition 2015 avait pour thème « Cap aux suds »… PL2015 c’était Hugues Aufray en ouverture (paye ton paquet de kleenex en te remémorant tes veillées en classe de mer et en constatant que tu connais encore à peu près par coeur « Santiano » et « Dis-moi, Céline »); la reine Catherine (Ringer) accompagnée des anciens de Gotan Project Muller et Makaroff, rois du tango electro, avec qui elle forme maintenant l’excellent Plazia Francia. Quand elle a  entonné, juste comme j’en rêvais, « Marcia Baïla » pour nous faire danser, en bottes en caoutchouc dans la gadoue (car oui, il a beaucoup, beaucoup plu jusqu’à l’ouverture du festival. Mais quand Hugues Aufray est arrivé, la pluie s’en est allée. Véridique) je me suis dit que décidément, ça n’était pas si nul d’avoir quarante ans.  La divine Luz Casal nous a charmés et fait frissonner, Youssou N’Dour (« Monsieur le ministre ») et ses incroyables musiciens ont déchaîné le champ de foire et ont sûrement fait danser la moitié des Côtes d’Armor, et puis « Seven Seconds » repris en choeur par 10000 personnes, si ça ne vous donne pas la chair de poule c’est que vous êtes un menhir. Les hallucinants Frères Smith nous ont épatés, les Prowpuskovic nous ont rendus fous (de joie), le Bagdad de Plouha a fait vibrer le Breizh Power. Tous les groupes, fanfares, bandas, bagadou croisés sur les quais et sur les scènes installées tout autour du port ont ajouté leur bonne humeur à cette énorme fête, et même si je trouve que cet adjectif est utilisé à tort et à travers ces temps-ci, je n’en vois pas de plus approprié pour qualifier ces trois jours: partager ces moments avec une bonne partie de ma famille de coeur, c’était magique.

Le Festival c’est aussi 200 vieux gréements qui investissent le bassin numéro un du port de Paimpol, et cette année on a été gâtés: le Marité, la Recouvrance et le Kaskelot, entre autres, avaient fait le déplacement, et voir ces mastodontes franchir l’écluse, escortés par la flottille de pêche, tous fanions dehors, et manoeuvrer au centimètre près, ça vaut le déplacement. Des dizaines d’autres voiliers, du trois-mâts (fin comme un oiseau, hisse et hoooo) à la petite yole, tous plus beaux les uns que les autres, ont rempli le port, le transformant en un véritable musée flottant de tout ce que la mer porte de plus gracieux.

155000 personnes à Paimpol, c’est pas rien. Je profite de cet article pour tirer mon chapeau aux bénévoles et aux organisateurs de cet évènement majeur, à tous ceux qui ont géré les bateaux, les concerts, les buvettes, la restauration, la sécurité, à ceux qui, la nuit du 14 au 15, ont répandu des balles de paille sur le champ de foire pour qu’on puisse danser les pieds au sec, à tous ceux qui d’une façon ou d’une autre ont donné de leur temps et de leur énergie pour que ce moment extraordinaire existe et nous laisse des souvenirs aussi magnifiques. On se prend à rêver d’un festival du chant de marin annuel, tiens. Mais la prochaine édition est prévue les 11, 12 et 13 août 2017 et je commence à aimer l’idée de fêter mon anniversaire avec 150000 personnes, moi. A Paimpol, au mois d’aoüt, décidément  y’a d’la joie!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour les infos sur le festival, rendez-vous sur le site du Festival du chant de marin

Publicités

4 réflexions au sujet de « Mon été à Paimpol (bonheur inside) »

  1. C’est amusant, parce qu’une attachée de presse que je connais et qui était sur le festival interceltique de Lorient m’a parlé du festival de Paimpol que je ne conn aissais pas et je suis bretonne! Oui j’imagine très bien cette ambiance!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s