Gastronomie

Le Restaurant du Palais Royal

Voilà quelques semaines, je me suis mise en quête d’un restaurant pour y organiser un dîner à trois mardi. Je voulais du nouveau, du luxe sans esbroufe, du subtil sans entourloupe, du beau sans chichis et surtout du bon, du très bon. La quête du Graal, en somme.

Et j’ai trouvé le Restaurant du Palais Royal.
Le lieu est joliment niché dans la galerie de Valois, sur les jardins du Palais Royal. On y entre soit par la galerie, soit par la rue de Valois, et la séduction opère dès l’accueil: la déco est sobre et belle, les tables sont assez espacées pour que votre conversation reste privée, le service est un équilibre parfait entre présence attentive et décontraction chaleureuse.
Restaurant du Palais Royal

La carte est relativement courte mais permet à chacun de trouver son bonheur (5 entrées, 4 plats de poisson, 4 plats de viande, 5 desserts) et les intitulés, brefs sans être inutilement mystérieux -mais évitant ainsi l’infernale manie des listes d’ingrédients à cinq lignes- mettent les papilles en joie avant même la prise de commande.

L’amuse bouche « l’oeuf de mon enfance » -purée de tomate/jaune d’oeuf en raviole soufflée frite- est d’une incroyable et surprenante légèreté. Les herbes lactées, châtaignes confites au four prennent le relais avec subtilité et des saveurs à la fois connues et inédites car les associations surprennent sans dérouter; les Saint-Jacques, truffe noire et sauce au vin jaune sont un modèle d’équilibre, les goûts ne se télescopent pas mais se marient avec harmonie. Le « pré-dessert » est une jolie surprise: granité de pamplemousse au Campari, glace au citron et feuilles de tagète (qu’on appelle aussi estragon du Mexique et qui est proche de notre estragon avec une note un peu plus anisée, plus fraîche); quant au citron meringué, panna cotta noix de coco, c’est une merveille pure et simple, douce et acidulée, présentée dans une coque en sucre aérienne et croquante.

Bref, la cuisine de Philip Chronopoulos (ancien chef exécutif de l’Atelier de Joël Robuchon) est délicate et vive, et sublime avec précision et élégance les produits de saison: avec un petit grain de folie, sans jamais masquer la saveur de l’ingrédient phare du plat. Ce restaurant (qui a réouvert après des travaux en 2015) devrait décrocher sans peine sa première étoile prochainement. Sinon je désinstalle l’appli Michelin de mon iPhone, non mais!

La carte des vins est très belle, elle présente quelques bouteilles à des prix très raisonnables, et d’autres beaucoup moins! Le Chassagne Montrachet rouge dégusté mardi était un régal, de ceux qu’on n’oublie pas de sitôt. Au dessert, nous nous sommes laissé guider par la jeune femme qui assurait le service pour notre plus grand bonheur et avons découvert un bourgogne blanc en vendanges tardives proprement stupéfiant.

Mes deux convives ont, je crois, été conquis autant que moi et il ne fait aucun doute que cette visite au Restaurant du Palais Royal ne sera pas la dernière, d’autant que la terrasse estivale est à elle seule un argument de poids.

 



Le Restaurant du Palais Royal en bref:

110 galerie de Valois, Paris 1er (service voiturier à l’angle de la rue de Valois et de la rue du Beaujolais)

01 40 20 00 27

contact@restaurantdupalaisroyal.com

www.restaurantdupalaisroyal.com

Ouvert du mardi au samedi au déjeuner et au diner.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s